©Marva A. Barnett










Figures de style—Exercices tirés de Phèdre
FREN 332-4


I. Identifiez les figures de style dans ces vers de Phèdre, et analysez leur puissance et leur importance (dans la scène, dans la pièce, pour nous montrer les personnages, pour nous offrir une image, etc.). Vous pouvez bien écrire sur cette fiche.

TRANSLATION: Identify the figures of speech that occur in these verses from Phèdre, and analyze their power and importance (in the scene, in the play, as showing us something of the characters, as offering us an image, etc.). NB: In the original assignment, students wrote on this sheet; for the portfolio version, blank space has been removed.

1. La fille de Minos et de Pasiphaé. (Hippolyte, I, 1, 36)

2. Noble et brillant auteur d'une triste famille,
Toi, dont ma mère osait se vanter d'être fille,
Qui peut-être rougis du trouble où tu me vois,
Soleil, je te viens voir pour la dernière fois. (Phèdre, I, 3, 169-72)

3. Je sentis tout mon corps et transir et brûler. (Phèdre, I, 3, 276)

II. Trouvez dans ces vers (de Phèdre) ces figures de style indiqueés (soulignez-les dans le texte) et analysez-les (en voir l'explication ci-dessus):

la métaphore
le quiproquo (voir la définition en haut de la page 341)
la synecdoche

TRANSLATION: Find in these verses (from Phèdre) the figures of speech listed (underline them in the text and analyze them as explained above): metaphor, quid pro quo (see the definition at the top of page 341), synedoche.

Depuis plus de six mois éloigné de mon père,
J'ignore le destin d'une tête si chère;
J'ignore jusqu'aux lieux qui le peuvent cacher. (Hippolyte, I, 1, 5-7)

Hippolyte. Je fuis, je l'avouerai, cette jeune Aricie,
Reste d'un sang fatal conjuré contre nous.
Théramène. Quoi! vous-même, Seigneur, la persécutez-vous?
Jamais l'aimable soeur des cruels Pallantides
Trempa-t-elle aux complots de ses frères perfides?
Et devez-vous hair ses innocents appas?
Hippolyte. Si je la haissais, je ne la fuirais pas. (I, 1, 51-56)

Mon père la [Aricie] réprouve; et par des lois sévères
Il défend de donner des neveux à ses frères:
D'une tige coupable il craint un rejeton;
Il veut avec leur soeur ensevelir leur nom, . . . (Hippolyte, I, 1, 105-8)